« Spécial Halloween » ANGOULÊME, Le Nil Hanté ???

C’est en discutant avec mes copains d’Halloween qu’on en vient naturellement à la maison du Diable à Puymoyen. Mais rien de diabolique ou d’horrible dans cet ancien  château  , place forte Anglaise pendant la guerre de 100 ans. A cette époque, les Anglais étaient surnommés « les diables rouges ». En 1937, son propriétaire a sculpté ces diables , inspiré de ses filles ou nièces , dit on mais pas avec certitude. maison-diable

Notre conversation se poursuit au sujet du second niveau du parking du Nil  sous l’école de l’image à ANGOULÊME.

photo-park-2

Ici , des témoins, dont des grapheurs , ont été troublé par des voix et des chuchotements. Une association sérieuse la SIPCA (société d’investigation paranormal Charente Angoulême ) a enquêté . Malheureusement , afin d’en parler avec eux , j’ai découvert que leur mail n’était plus actif .

Composée de plusieurs personnes qui tiennent à leur anonymat , l’association chasse et essaie de trouver des explications à des phénomènes hors du commun , et surtout , de les comprendre (voir article de La Charente libre).

Souvent expliqués, il n’en demeure pas moins l’existence de quelques cas restant un mystère .

Après divers tests , il en a été conclu que ces chuchotements ne trouvent aucunes explications à ce jour, et que la science ne peut  encore comprendre.

Une équipe, ANGOULÊME PARANORMAL , a mené ses investigations. Voici ce qu’ils ont filmé : vidéo YouTube ANGOULÊME PARANORMAL. Je les  remercie de m’avoir donné l’autorisation d’utiliser leur document.

Je me suis donc intéressée à l’histoire des lieux.

Au 6ème siècle, l’Hermite saint Cybard  vit reclus dans une grotte sous les anciens remparts nord d’ANGOULÊME. Puis a été construit dans son prolongement une Abbaye Bénédictine Au 10 ème siècle , qui deviendra rapidement Clunisienne.

Marie de MEDICIS , en visite de la chapelle , d’après un écrit conservé aux archives,  se serait emparée d’une boite en « fere » contenant des reliques et des ossements .

En 1791, les bâtiments furent vendus comme un  bien   national. Ce site deviendra un pôle de l’industrie du papier (Le Nil), et des brasseurs. Aujourd’hui c’est un lieu d’étude et de culture ( école de l’image , musée du papier , Moebius).

Ce parking est maintenant  privé à l’école de l’image , et cela depuis 1 an m’a expliqué ce technicien que je regrette d’avoir effrayé sans le vouloir . Je m’en voudrai qu’il refuse de revenir sur son lieu de travail à cause de moi .

Cliquez pour voir la vidéo « spécial halloween ANGOULÊME, Le Nil Hanté ??? »

 

 

 

Publicités

SAINT MÊME LES CARRIERES

Grande différence entre visiter par soi-même et un guide !  Je n’aurai jamais été aussi passionnée par cette visite si je n’avais pas eu la chance de rencontrer Mme CARBONEL, charmante dame au chapeau, de l’association « ST Même patrimoine » .

Située en grande champagne , premier cru du cognac , la commune  est implantée sur le crétacé supérieur .

La présence d’objets de l’Age de bronze prouve que des hommes y vivaient déjà.

Le Dolmen des courades dit de la pierre levée , dont la table est cassée au sol, démontre la présence de Celtes. Il est érigé  sur l’ancienne source de La Smaronne  (nom pré-celtique), à l’époque où les sources étaient divinisées.

Le nom « St MÊME », et son église du 12 ème siècle possédant une crypte du 13 ème siècle classé aux monuments historiques, vient de « sanctus maximus »  un saint solitaire du 5ème siècle de Touraine.

Dans les carrières , ce calcaire blanc légèrement ocre , d’une qualité  remarquable a été exploitée en carrière d’abord à ciel ouvert, puis en galerie pendant plus de mille ans , débutant au 8ème siècle .

Ces bloques étaient taillés en énorme cube   qu’on appelle « carreau », puis séchés et expédiés d’abord  par gabare, puis par train, exportés dans le monde entier.

Ces carreaux ont servi à la construction

-du phare de CORDOUAN

-la ville de BIARRITZ

-la ville du CAP en Afrique du sud

-L’Arc de Triomphe

-Les églises de COLOGNE

-Le château FRONTENAC au QUEBEC

-le socle de La Statue de la Liberté

Les carrières furent exploitées jusqu’en 1975 , dans un premier temps par les seigneurs de la région jusqu’à la Révolution , puis par de nombreux propriétaires ensuite. Le front de taille mesure plus de 2km , et   80km de galerie sur 3 niveaux allant jusqu’à 90m de profondeur. La taille  anarchique   dans les piliers ont provoqué de nombreux éboulements , conduisant à la mort de 9 victimes au 19 ème siècle dont trois enfants (l’âge  minimum au travail étant   de 7 ans).   Même si un loi de la protection du travail existait de 1810 sans cesse  bafouée, une ordonnance royale de 1838 servira de modèle aux autres exploitations après le drame.

A ST  MÊME , ont trouve des alluvions, sable d’origine sédimentaire renfermant de nombreux restes d’animaux: os, dents, défenses d’ éléphant (Eléphas Antiquus).

L’apparition de la maladie de la vigne , le Phylloxera, mettra au chômage  les hommes et c’est tout naturellement qu’ils se retrouveront à travailler dans les carrières , développant économiquement la région (apparition de commerces, services , quinze bars et….Le Moulin Rouge ! …..si, si).

Les lavoirs sont très nombreux en Charente, celui du village possède trois bassins : pour le sale, le rinçage , et un pour laver les animaux . Ce qui fait la richesse de ce patrimoine est l’héritage des différentes batailles et invasions en grand nombre . Celtes, Gaulois, Huns, Vandales, Wisigoths, Francs, Arabes, Vikings, Normands, sans oublier la guerre de 100 ans , puisque cette régions servait de frontière entre le royaume de France et la Guyenne Anglaise.  Le « château » de St Même et son église en ont souffert. Il ne reste plus grand chose de ce  château , sauf les cuisines , un trace sur l’église qui nous apprend que ce bâtiment était accolé , ainsi que  les restes de bâtisses qui pouvaient être des lieux de stockage . Les archives parle de deux maisons fortes et d’un pigeonnier, et font état d’une grosse tour de 6m de côté sur 3 étages abandonnée au milieu du 16 ème siècle. On ne sait pas si ce château était considéré comme  « maisons fortes  » .

Un immeuble témoigne de l’importance du passé de St Même, la maison du prévôt  au dessus du « four banal »  du 17 ème siècle , salle de garde et lieux de stockage auparavant .

Ravie de ma visite , je fais une petite pause sous ce chêne planté à la révolution , et qui a résisté à la tempête de 1999, et qui est répertorié aux arbres remarquables .

Pour voir la vidéo cliquez ici.

 

arbre-200-ans

 

 

 

Une météorite rentre en collision avec la Terre en Charente….2.0

Bonjour à tous ,

J’ouvre ma chaine YouTube  où vous pourrez visionner la vidéo (j’espère puisque vous m’avez indiqué des soucis techniques, et je vous en remercie infiniment ) sur la météorite qui s’est écrasée sur PRESSIGNAC. Pour voir l’article si vous ne l’avez pas encore lu  cliquez ici.

Chaine YouTube: christelle petit maurin

Ma charente à moi

la vidéo : une météorite s’est écrasée en Charente PRESSIGNAC